• EKKIA

Episode 6

En cadence avec Laetitia


Crédit photo @c.destange



Auprès de Pascal Gautherin, Président d’EKKIA, ils sont 8 à composer le Comité de direction et tenir les rênes 🐴 d’EKKIA.

A décider de l’allure, de la bonne façon de franchir les obstacles, à choisir la bonne trajectoire.

Parmi eux, Laetitia Bourdon, la directrice digitale du Groupe.

Femme de l’ombre, enthousiaste, de l’énergie à revendre, tournée vers l’avenir.

Son parcours ? Sa vision du job ? Ses projets ?

La suite, 📣 c’est sur le site d’EKKIA.




Votre parcours est une parallèle parfaite avec votre passion du cheval.


J’ai commencé à monter en poney-club dès l’âge de six ans, alors que j’habitais à Rouen, j’y ai même croisé Pénélope pour la petite histoire. Mais il y a eu quand même un match entre l’équitation - j’ai monté au niveau national amateur - et mes études artistiques puisque j’ai fait l’Ecole du Louvre. Le cheval a gagné : ) Tout naturellement, j’ai commencé par travailler en tant que groom, une expérience à la fois passionnante, puisque je montais 6 à 8 chevaux d’exception par jour, et révélatrice puisque je me suis rendue compte, à côtoyer de grands cavaliers, que je n’avais pas le niveau suffisant pour en faire ma carrière. En parallèle, pendant mes études, je travaillais dans une sellerie et une connexion s’est faite avec le magasin Padd de Paris, situé rue de la cavalerie (!), qui cherchait une vendeuse. Il n’y avait alors que trois magasins Padd en France, nous étions en 1996.




Et depuis 26 ans maintenant, l’histoire continue. Mais avec une évolution permanente.


Comme le courant passait bien, on m’a demandé si j’étais partante pour aller ouvrir le magasin de Strasbourg. Après cette expérience formatrice, je suis revenue prendre la direction du magasin de Paris puis on m’a demandé si je pouvais prendre en charge nos stands au Salon du Cheval de Paris et de Lyon, rendez-vous incontournables pour une marque comme la nôtre. Mes débuts dans la com. J’ai adoré cette ambiance de l’événementiel, ce sentiment d’urgence permanente et ce travail qui soude une équipe, qui pouvait monter jusqu’à 90 personnes au coup de feu. Puis, ce fut l’ouverture du site internet, en 2003, avec une partie e-commerce, les débuts de réseaux sociaux avec le lancement d’un concours Miss Padd qui m’a valu des déboires mémorables avec Facebook, la formation des futurs franchisés… Bref, je ne me suis jamais ennuyée.



Vous êtes aujourd’hui Directrice Digitale Groupe, en quoi consiste votre job et quels sont les futurs enjeux ?


J’ai une casquette de gestion et cohérence de l’écosystème digital à la fois de Padd et d’Ekkia Pro, mais aussi une autre plus tech, pour mettre en place une application PIM pour collecter, gérer et enrichir les informations produits dans un référentiel unique afin de créer un catalogue produits et de le partager sur nos différents canaux de vente BtoB et BtoC. Quant aux enjeux, il y a tout d’abord celui de la customisation. Nombreux sont nos clients qui souhaitent un tapis, un casque ou des bottes personnalisables. A la mi-mai, nous déployons sur l’ensemble de nos 85 magasins des bornes de configuration, le « Créatif ’ Bar », une nouvelle brique importante de notre offre. Nous devons également refondre nos sites internet, en y intégrant plus de prédictif, renforcer le click & collect, ou encore imaginer comment transformer l’opération Padd@troc en une offre plus durable de matériels d’occasion.




Tout ça pour renforcer le lien très particulier que vous avez avec vos clients.


Si l’offre web est capitale, puisqu’elle permet d’afficher l’intégralité de nos 20 000 références et d’être livrés dans les standards du e-commerce, nous restons très attachés à l’expérience client en magasin. Nous sommes et nous resterons une enseigne crosscanal. D’où ces bornes, les événements VIP pour nos meilleurs clients, la formation permanente de nos franchisés, les profils des vendeurs que nous recherchons… Tout doit être fait pour que le client vienne dans un lieu unique, à la fois très professionnel mais aussi décontracté. La satisfaction et le conseil client reste notre première motivation. Sur le principe de notre magasin de Coignières dans les Yvelines : quand les clients viennent, ils vont quasiment plus chez Nathalie que chez Padd !




Si vous deviez retenir un événement marquant de votre vie professionnelle ?


Probablement notre présence en 2014 aux Jeux Equestres Mondiaux, à Caen. Nous étions partenaires de l’événement et nous sommes parvenus à habiller tous les bénévoles. Tous les petits bonhommes verts étaient identifiés Padd. Une belle vitrine ainsi qu’une belle opération interne puisque tous les responsables de magasin sont venus participer à l’événement sur notre stand. Même année, notre nouveau PADDstore, nouveau mobilier, nouvelle ambiance pour une expérience unique, on duplique depuis nos nouveaux magasins.




La qualité humaine ou relationnelle que vous préférez et celle que vous détestez ?


La sincérité et l’honnêteté. Je ne supporte pas les non-dits, je suis plutôt cash. Ce que je n’aime pas ? L’injustice, la manipulation. Côté management, j’ai envie que mon équipe se fasse plaisir, s’épanouisse, qu’elle vienne travailler en souriant et que chacun puisse compter sur l’autre.



Votre devise


Tout est toujours possible. Pour ça, il faut savoir se mettre en mode guerrier, mais c’est mon moteur.



Ekkia en un mot ?


Energie.




225 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout