• EKKIA

Episode 2

En cadence avec Thomas


Crédit photo @c.destange



Auprès de Pascal Gautherin, Président d’Ekkia, ils sont 8 à composer le Comité de direction et tenir les rênes d’Ekkia.

A décider de l’allure, de la bonne façon de franchir les obstacles, à choisir la bonne trajectoire.

Parmi eux, Thomas Spitzer, le Directeur comptable et des Ressources Humaines.

Alsacien de toujours, homme de chiffres et de convictions.


Son rôle ? Ses ambitions pour Ekkia ? Ses inspirations ?





Thomas, quelles sont les étapes qui vous ont mené jusqu’à votre poste actuel ?


Cursus assez classique avec un bac scientifique, diplômes d’expertise comptable puis trois expériences en cabinet d’audit, puis d’expertise comptable et enfin en tant que DAF adjoint au sein d’un groupe agroalimentaire. Autant d’expériences qui m’ont à la fois conforté dans mon choix de carrière et permis d’en découvrir des facettes différentes et complémentaires. Et comme je restais à l’écoute du marché, j’ai répondu à une annonce de la société Ekkia… que je ne connaissais pas :). C’était en 2014.




Vous gérez les ressources humaines du Groupe. Quel est le portrait type du collaborateur Ekkia ?


Nous avons un problème de parité, mais à l’inverse de beaucoup d’entreprise : 80 % de femmes, 20 % d’hommes ! C’est un peu à l’image de notre clientèle d’ailleurs, très majoritairement féminine. Notre collaboratrice type, donc, a 40 ans et dix ans d’ancienneté. On se sent bien chez Ekkia, turn-over assez faible au siège, un peu plus présent dans nos magasins.




Les chantiers que vous avez menés et ceux qu’il vous reste à mener ?


Côté RH, si je devais n’en retenir que quelques-uns, je parlerais de l’harmonisation des rémunérations entre les diverses sociétés du groupe, la structuration du dialogue social et tout le volet dématérialisation, pour les paies, les contrats de travail… Côté comptable, l’uniformisation des process, toujours entre le siège et les magasins (en cours de finalisation), la dématérialisation de nos 25 000 factures clients annuelles et globalement toutes les démarches de simplification des procédures. Côté RSE, ma troisième casquette, nous entrons dans une période qui fourmille d’idées et d’initiatives pour nous faire progresser. J’en veux pour preuve notre label Green Impact et les travaux que nous menons au siège pour réduire de 50 % notre empreinte énergétique d’ici la fin 2022.




Quelles sont les qualités que devront avoir les futurs collaborateurs pour s’épanouir au sein de la famille Ekkia ?


Côté magasin, c’est quand même un plus de connaître le milieu de l’équitation et les matériels nécessaires à la pratique. Raison pour laquelle on fonctionne souvent en réseautage et cooptation pour le recrutement. Pour le siège, c’est relativement fréquent que nous recrutions parmi nos apprentis ou nos intérimaires, par exemple à l’entrepôt. Quant aux traits de caractère, il faut que je sente l’implication. Je préfère une personne qui n’a pas toutes les compétences mais qui a l’intelligence émotionnelle plutôt que l’inverse. C’est ce que j’essaie de transmettre aux élèves du BUT Gestion des entreprises et des Administrations de Sélestat, dans lequel je suis enseignant vacataire. Et cette adéquation avec les valeurs de l’entreprise, je la mesure dans les 5 premières minutes de l’entretien, imparable.




Précisément, le trait de caractère que vous préférez chez un collaborateur ? A l’inverse, qui vous rebute ?


La sincérité. Et à l’inverse, je fuis les personnes qui sont bloquées dans le constat sans jamais chercher la solution.




Votre devise


Il ne faut pas essayer de courir un marathon en sprintant




Ekkia en un mot ?


Progression




57 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout